Le chapeau, la coquille

Le chapeau et la coquille sont intimement liés.

En effet, elle apparaît sur le chapeau dès le XII è siècle environ. Chapeau
La coquille n’était portée qu’une fois le pèlerinage accompli. C’était la récompense suprême.
Elle ouvrait de nombreuses portes.

De nombreux coquillards ou mendiants utilisaient cet attribut pour bénéficier des avantages qu’il apportait.

Plus tard, les coquilles ont été arborées sur les mantelets, les capes, la besace etc.…

La coquille est un symbole très fort : l’appartenance à un groupe.

Elle a un rôle très important, conscient ou non, pour chaque pèlerin.

Depuis le commencement du pèlerinage c’est le seul attribut qui n’ait pas changé.

Sur les chemins, on la rencontre tous les jours partout et depuis toujours….

Mantelet

Aujourd’hui la coquille est toujours présente. Elle pend au bout d’une ficelle accrochée sur le sac à dos. Mais elle est dans tous les esprits.

De nombreux pèlerins décorent leurs couvre-chefs (casquettes, chapeaux etc.…) de pin’s achetés sur le chemin en guise de coquille. Pin's

Environ 10 à 20% des pèlerins respectent la tradition symbolique : après Santiago, ils vont au Cap Finistère (km 0)
( 3 à 4 jours de marche) pour prendre un bain de mer, ramasser une coquille sur les plages et quelques fois, brûler vêtements et chaussures.

S’ils ne trouvent pas de coquille, ils gardent la coquille St Jacques du restaurant qu’ils se sont offert en hommage à l’apôtre.

Avoir un couvre-chef est indispensable pour se protéger de la pluie, du soleil, du froid. Il est fort utile quelque soit la saison.

Saint Jacques cap Finistère

Mentions légales plan du site Accueil Nous contacter